LE MESSIE DU PEUPLE CHAUVE

Simon, vingt-cinq ans, est atteint d’alopécie androgénétique (calvitie). Sa chute de cheveux est une chute existentielle. Enfermé chez lui, il se réfugie dans la littérature et les forums virtuels, où d’autres jeunes alopéciques épanchent leur souffrance.
Mais son existence va être bouleversée par une découverte très symbolique : il a été conçu à partir d’un don. Ni lui ni sa mère ne connaissent l’identité de son père biologique. Il est le «Fils de l’Humanité». Réunissant autour de lui un petit groupe de fidèles, il découvre intuitivement que quelque chose «parle» au travers de lui, et que le mal dont il est atteint n’est qu’une des nombreuses manifestations d’un dérèglement climatique croissant. Prenant alors conscience du parallèle entre déforestation et calvitie, il pressent qu’il doit réaliser quelque chose d’inouï pour donner un sens à son chaos.
Entre temps, il rencontrera M.M, qui deviendra sa disciple préférée, et qui l’encouragera dans la voie étroite qui sera la sienne: devenir le Messie du Peuple Chauve, dont la mission sera de reboiser l’âme humaine autant que la planète.
Reste à trouver comment s’adresser à l’humanité pour appeler son peuple à la révolte. Un providentiel sommet des Nations-Unies à l’enjeu planétaire lui en donnera l’occasion. Tout d’abord, seuls quelques fidèles se joignent à Simon, mais petit à petit une foule immense arrive de toutes parts.
Aux Nations-Unies, Simon et ses fidèles veulent plaider leur cause, mais se heurtent à l’immobilité du système : il faut l’unanimité des votants pour adopter une loi, et chacun s’ingénie à des complications byzantines. Des demandes fusent pour déplacer une virgule, changer un mot, etc.
Simon parvient cependant à aborder le Président des Nations-Unies, et celui-ci commence à comprendre tout l’enjeu : la relation entre la terre atteinte de déforestation et le crâne des hommes atteints d’alopécie apparait au grand jour. Mais un des disciples a une vision plus radicale de l’action à mener et intrigue avec le service d’ordre. Alors que Simon discute avec le Président, il s’approche pour lui serrer la main. Il est abattu à bout portant par le service de protection.
Faudra-t-il un mort pour sauver la planète ? Épopée d’un insoumis au bout de son utopie: celui qui réussit est un génie, celui qui échoue est un fou.

foret basse def.jpg

Lire l'avant-propos

par Philippe André, musicologue

Le compositeur et les sortilèges

Tout connaître du projet

VOIR L'INTERVIEW

 
 

VOIR LE MESSIE DU PEUPLE CHAUVE

Opéra du Grand Avignon, 20 novembre 2020
© Sébastien Cotterot - AMDA Production

Capture video Messie Vimeo.jpg

QUELQUES PHOTOS DU MESSIE DU PEUPLE CHAUVE
© Photos Studio Delestrade Avignon

LA PRESSE EN PARLE

 

"la musique composée par Éric Breton déploie une grande immensité de couleurs : notamment celles des grands compositeurs français du XXe siècle. La partition parcourt le spectre sonore allant de la ligne soliste au timbre délicat jusqu'en d'immenses masses engloutissantes."

Olyrix - Lire l'article complet

 

"Éric Breton possède une incontestable facilité à composer une partition qui s’écoute agréablement, sans atonalité, et qui propose des contrastes assez marqués entre les scènes."

Anaclase - Lire l'article complet

 

 

"La portée écologique du livret, remarquablement adapté par Eric Breton est patente, mais les allusions spirituelles, fort nombreuses, en font une œuvre à la dimension mystérieuse bien plus vaste."

Lyrica Massilia - Lire l'article complet

 

"La partition est efficace, riche et colorée, le rythme épouse les contours et l’intrigue du livret."

Lyrica Massilia - Lire l'article complet

 

"Quant à la dimension messianique de l’œuvre, qui échappe peut-être à un XXIe rien moins que spirituel, elle passe par une vision christique, culturelle sinon religieuse. "

Classic en Provence - Lire l'article complet

"La musique d’Eric Breton est mélodieuse. Elle semble se nourrir d’influences diverses, qui vont de DebussyPuccini, en passant par la comédie musicale. Elle s’accorde parfaitement aux constats et revendications du personnage de cette fable réaliste."

Toute la Culture - Lire l'article complet

"La musique… se souvient parfois de Debussy, de Poulenc, voire de Bernstein et cherche davantage à émouvoir qu’à étonner."

Opéra-Magazine - Lire l'article complet

 

"Une partition davantage habitée par les interrogations intérieures que par l’urgence."

Opéra-Magazine - Lire l'article complet